LES INVENTEURS 

>> NAPOLÉON GAILLARD : les chaussures en Gutta-percha.

Avec son invention des chaussures en gutta-percha, une gomme de caoutchouc, Napoléon Gaillard poursuivait un double but, fabriquer des chaussures plus souples et plus imperméables que les chaussures cousues ou clouées, et alléger la tâche de l’ouvrier cordonnier. « Le public, écrivait-il, ignore toutes les fatigues de corps et d’esprit de l’ouvrier cordonnier qui fabrique par des procédés ordinaires. Par mon système, il travaille sans fatigue aucune, développe son intelligence, obtient un beau travail et peut être classé au rang des modeleurs et des sculpteurs ».

Son procédé fit l'objet d'une édition et de licences d'exploitations qui semblent avoir remporté un franc succès.

 

>> JULES ALLIX : la boussole escargotique et le doigt prussique

Jules Allix a été maire du VIIIème arrondissement de Paris pendant la Commune. Son frère est médecin et ami de Victor Hugo à Jersey. Ils s'intéressent ensemble au spiritisme et Jules participera à certaines de ces séances .

Secrétaire d’un « Comité de la Commune de Paris dans le VIIIe », Jules Allix, futur maire de VIIIème arrondissement de Paris sous la Commune, préside en octobre 1870 une réunion de femmes au gymnase dirigé par son ami Hippolyte Triat et y prône l’emploi du « doigt prussique » : un tube contenant de l’acide et placé au bout d’un dé de caoutchouc serait la meilleure protection des femmes contre les assiduités des Allemands...

« L'invention » la plus célèbre de Jules Allix date de 1850 et se nomme la « boussole pasilalinique sympathique » ou « boussole escargotique ». Il s'agit d'une méthode de télégraphie basée sur la capacité supposée des escargots à maintenir un contact sympathique après l'acte sexuel. Autrement dit, un escargot est capable de transmettre à toutes distances, par le biais d'un fluide identifié à une forme de magnétisme animal propagé par le sol, son état d'excitation au congénère avec qui il a sympathisé, c'est la « commotion escargotique ». Jules Allix n'était pas vraiment l'inventeur de ce moyen de communication, mais abusé par une expérimentation manifestement truquée, il se fit le promoteur naïf de la prétendue découverte de Jacques Toussaint Benoît et Biat-Chrétien (personne fictive censée se trouver aux Amériques et être en contact escargotique quotidien avec Benoît).

 

 

>> AUGUSTIN AVRIAL : le motocycle à pétrole.

Après l'amnistie de 1880, il revient en France, devient contrôleur du matériel à la compagnie des Chemins de fer de l'État (1880-1882). Parallèlement il mène une activité d'inventeur (en particulier un motocycle à pétrole)

 

 

>> PASCHAL GROUSSET : le sport non basé sur la compétition.

Ses articles sur le sport et l'éducation, publiés dans le journal Le Temps sous le pseudonyme de Philippe Daryl, ainsi que son ouvrage La Renaissance physique (1888), proposent une vision communarde des pratiques physiques opposée à la vision "versaillaise" des pratiques sportives. Il souhaite valoriser les plus faibles et les plus en difficulté ainsi que le plus grand nombre de pratiquants contrairement au modèle sportif qui valorise le champion et le plus petit nombre.

 

En octobre 1888, il crée la Ligue nationale d'éducation physique qui, globalement, rejette la compétition sportive en la considérant comme politiquement et moralement néfaste. Il s'oppose ainsi frontalement à Jules Simon qui a créé en juin de la même année un Comité pour la propagation des exercices physiques. En effet, si Grousset est favorable à la pratique des sports en tant qu'hygiène de vie, il rejette toute idée de compétition, au profit d'un idéal de fraternisation et d'éducation populaire. Cela le place, à tous les égards (tant en politique qu'au niveau de l'idéal sportif), totalement à l'opposé d'un Pierre de Coubertin6. Grousset, le vieux et Coubertin, le jeune, se détestent réciproquement. Coubertin écrit dans une correspondance avec Philippe Tissié : Ce « Monsieur Paschal Grousset qui est un homme que je méprise et avec lequel je ne veux point avoir de rapports »

Paschal Grousset écrit aussi avec et pour Jules Verne.

 

>> EDMOND-ALFRED GOUPY : le kiosque-signal de circulation

Ancêtre des feux tricolores 14, présenté à l'exposition d'hygiène en 1896 15. Un kiosque-signal est installé à titre expérimental en 1912 au Carrefour Montmartre16, mais retiré après 20 jours d'utilisation 17. Il y en a un aussi à la même époque sur le Boulevard des Italiens.

 

 

>> HERMINIE CADOLLE : le corselet-gorge 

Herminie fait partie de l'Union des femmes pour la défense de Paris et les soins aux blessés, et devient une amie de Louise Michel. Elle fait partie du comité de soutien aux déportés de la Commune, le comité socialiste révolutionnaire, dont elle est trésorière. Elle décide de quitter la France en début d'année 1887 et s'installe en Argentine. Elle ouvre une boutique de lingerie à Buenos Aires. Elle a l'idée de couper le corset en deux pour libérer le corps, de rajouter une armature, et crée ainsi le corselet-gorge, ou maintien-gorge, qui deviendra le soutien-gorge. Elle est de retour en France pour présenter ses créations lors de l'exposition universelle de 1889. Elle dépose un brevet sur le corselet-gorge en 189810. Elle participe ensuite à l'exposition universelle de 1900 à Paris. En 1910, elle décide de créer un atelier et une boutique au 24 de la rue de la Chaussée-d'Antin11, et confie ce lieu parisien à sa belle-fille Marie. Elle devient ainsi la fondatrice de la maison Cadolle, entreprise familiale qui existe toujours, depuis six générations

 

 

>> MAXIME LISBONNE  : le striptease et la Frite révolutionnaire

De mars à juin 1894, Blanche Cavelli s'illustre dans Le Coucher d'Yvette appelé aussi Le Coucher de la mariée, pantomime lyrique en un acte de Francisque Verdellet accompagnée d'une musique d'Eugène Arnaud.

Au XIXème siècle, les cafés-concerts et les music-halls se mettent à produire des pantomimes très légèrement fictionnelles, qui sont en fait les ancêtres du strip-tease [...] L'argument en est fort simple. Yvette, jeune femme, se languit en l'absence de son mari, parti faire ses vingt-huit jours au service de la patrie. Au moment de se coucher, elle se déshabille, en contemplant le portrait de l'absent. Puis, après avoir enlevé ses principaux vêtements - corsage, robe, jupons blancs et roses, pantalon, bas et chemise-, elle écrit une lettre à son époux pour lui faire part de ses sentiments [...] Dans les vingt années suivantes, le motif du "coucher" ou du lever" prospère sur les scènes de music-hall et inspire le cinéma naissant.

 

>> BLANCHE CAVELLI : Examen de censure pour Blanche Cavelli dans le Coucher d'Yvette, cité dans l'article "l'anniversaire du nu", revue Frou Frou n°24. Précédemment refusée par l'Eden-Théâtre, la pièce fait l'objet d'une répétition spéciale pour la censure. Blanche Cavelli procède à l'effeuillage devant M. Bourdon qui donne son aval à condition de quelques remaniements. C'est donc le 3 mars 1894 qu'a lieu la première représentation18 de ce spectacle en soirée de gala puis en nocturne sur invitation chez Maxime Lisbonne propriétaire du Concert Lisbonne alias Le Divan Japonais, célèbre cabaret parisien fréquenté par Toulouse-Lautrec. Blanche y reprend l'histoire d'Yvette qui se déshabille pour aller se coucher mais elle ose pour la première fois procéder au déshabillage complet, ce qui vaut salle comble pour de nombreuses représentations.

Dans ce "premier déshabillé risqué sur une scène de théâtre", "Yvette défait son corsage, sa jolie robe qui lui va si bien, ses jupons blancs, ses jupons roses. Le pantalon tombe, les bas s’enlèvent, la chemise de nuit remplace la batiste du jour". "Cette scène muette étonne Sarcey par sa nouveauté, et par la manière dont elle tient le spectateur en haleine, sans pour autant nécessiter aucun coup de théâtre ni péripétie [...] la dramatisation du geste érotique supplante la construction dramatique de l'action.

- Marcel Cerf : "Maxime Lisbonne, le d’Artagnan de la Commune de Paris", Ed. du Panorama, Bienne 1967

- Didier Daenincks : « Le banquet des affamés », éd. Gallimard 2012,  et « 12 rue Meckert », Folio policier, éd. Gallimard 2013

PARISEL, de la commission scientifique, invente la fusée éclairante, magie fantastique