FICTION POLITIQUE. « Chaque époque rêve la suivante », écrit Patrick Boucheron1. Il propose une définition de la fiction politique avec Michel Foucault : « une épreuve de pensée qui, depuis le passé, produit des effets de vérité sur l’aujourd’hui et éclaire la politique à venir ». Les effets produits sur nous par les rêves et les actions de la Commune engendrent nos rêves et nos actions pour demain.

 

« Tout pouvoir est pouvoir de mise en récit »2 écrit-il encore. La fiction politique se définit aussi comme « capacité du pouvoir à se raconter, mais aussi à tordre les récits de nos propres vies, par l’articulation entre art de raconter et art de gouverner ». Cette définition engage un double niveau de réflexion : sur les manières dont la Commune nous a été contée3 et sur les manières dont nous entendons, à notre tour, la raconter et dans quelles perspectives.

 

Jacques Rancière, dans « Le spectateur émancipé », évoque ces niveaux de réalités et de fictions « qui inquiètent le pouvoir » :

Le réel est toujours l’objet d’une fiction, c’est à dire d’une construction de l’espace où se nouent le visible, le dicible et le faisable. C’est la fiction dominante, la fiction consensuelle, qui dénie son caractère de fiction en se faisant passer pour le réel lui-même [...] et en traçant une ligne de partage simple entre le domaine de ce réel et celui des représentations et des apparences, des opinions et des utopies4.

 

Roman national. Mythe. Histoires. Propagande. Satire. Caricature. Mensonge. Fabulation. Calomnie. Camouflage. Déréalisation. Substitution. Falsification.

 

La fiction intervient à plusieurs niveaux et prend des formes bien différentes dans la construction de l’histoire, et dans celle de la Commune. La dimension passionnelle qui lui est attachée polarise et radicalise, en positif ou en négatif, ses récits. Nous verrons comment ces différents niveaux de fictions s’interconnectent avec les faits, organisant un tressage narratif parfois impossible à démêler, où les récits s’affrontent sabre au clair, ou s’escamotent les uns les autres, ou s’entre-sabordent.

_____________________________________

1 - https://journals.openedition.org/annuaire-cdf/14228, annuaire du Collège de France, « Histoire des pouvoirs en Europe occidentale, xiiie- xvie siècle ».

2 - Fictions politique : nouvelles de la tyrannie.

3 - Par le pouvoir versaillais et par une République fort oublieuse de ses origines...

4 - Jacques Rancière, Le spectateur émancipé, éd. La Fabrique, 2008